partenaires de brume

ARCHIVE en Concert

Brume vous offre des places pour aller voir ARCHIVE en concert au Radiant, @Caluire et Cuire

le 29 novembre prochain

 

A gagner la semaine prochaine sur le site de Brume radiobrume.fr et sur les réseaux sociaux

#Brume #Radiobrume

 

Avec #Eldorado&co et #LeRadiant, Brume vous présente #Archive en concert le 29/11/2017

 

 

Plus qu'un groupe, Archive est une expérience sonore créée , il y a plus de 20 ans par des musiciens anglais. Explorateurs de sons protéiformes et d'ambiant entre pop et électronique, les membres du groupe ont évolué selon les périodes . Différents lines-up, architectures musicales composites, la force d'Archive tient dans des sonorités instrumentales planantes trip-hop et plongées dans des espaces synthétiques. D'albums en albums, de formations en formations, Archive a réussi à imposer cette variabilité sonique, créant , à chaque fois, une alchimie inédite ou renouvelée.

Autour des membres fondateurs, D. Griffiths et D. Keeler, il y eu à l'origine les voix de Kosko John, le rappeur et celle de Roya Arab qui donnaient une charpente trip-hop, très anglaise et très courue à l'époque. Puis les sons se sont assombris et étirés, allant retrouver des racines dans le rock progressif des années 70 de Pink Floyd, la musique est devenue de plus en plus cosmique ; irréelle jusqu'à s'étoffer en une orchestration harmonique accédant encore à un nouveau degré d'amplitude sonore. Leur dernier album est emblématique de cette recherche tournée vers l'utilisation des synthétiseurs et des samples conçue pour faire monter la pression atmosphérique,

The False Foundation.

 

Le groupe est en tournée actuellement. Après avoir exprimé sur scène plusieurs scénographies, des mis en sons au service de l'image ou de nouvelles voix, les membres d'Archive sont loin d'être des débutants en la matière et devraient renvoyer sur scène une vague sonique libératrice, innovante. Espérons toucher la stratosphère si nos oreilles veulent bien se prêter au jeu!

A voir et à entendre, Archive.

29/11 au Radiant, @Caluire et Cuire-Radiant-Bellevue organisé par @Eldorado&Co

Haut de page


La Nuit Des Chercheurs 2017

                Ce vendredi 29 septembre, au RIZE, venez rencontrer les chercheur(e)s de l'Université de Lyon dans un cadre convivial : parlez en tête à tête pour un speed scientific dating, faites l'expérience du bouche à oreille, une nouveauté de cette année 2017. Pourquoi ne pas entendre aussi dans le noir total la voix d'un chercheur sans le voir, un moment atypique, une nouvelle approche de la relation chercheur public mise en avant également cette année.

   Comme pour chaque édition de cette traditionnelle Nuit des Chercheur(e)s, nous serons là, en votre compagnie pour aller à la découverte de leurs métiers et de leurs passions que les chercheur(e)s rêvent de dépasser : en une phrase, franchir les frontières de l'impossible. C'est d'ailleurs le thème choisi pour 2017 : « l'impossible ? ». Faut-il l'oser, y croire, s'en méfier et qu'est-ce veut dire « l'impossible » en science aujourd'hui, quand les limites des avancées en imagerie, en biologie, en chimie et surtout en physique quantique reculent de plus en plus et à grande vitesse.

   Le public d'étudiants mais plus largement de citoyens aura à s'exprimer et sera plus souvent qu'auparavant interpellé sur les évolutions de la sciences et ses applications. D'ores-et-déjà, beaucoup d'entre nous se posent des questions sur l'avenir et les conséquences de ces transformations irréversibles.

   En attendant, peut-être, faut-il comprendre mieux le parcours d'un chercheur ou d'un jeune doctorant pour saisir sa démarche, ses objectifs personnels et professionnels, voire ses idéaux...

   Mais il n'est pas question de conférences ou d'exposés pour spécialistes. La soirée, comme toujours, revêt un aspect ludique. C'est aussi par ce chemin qu'on fait sortir le chercheur de son laboratoire et qu'on donne envie au public de s'intéresser à toutes ses découvertes qui, ramenées à des expériences surprenantes, voires amusantes ou mystérieuses facilitent la participation, permettent d'apprendre et pourquoi pas d'inspirer les jeunes enfants pour lesquels des activités sont prévues.

   Alors « Impossible ? » En ce qui concerne cette soirée, certainement pas. Au contraire, c'est un moment attractif et riche qui investit tout l'espace du RIZE ce vendredi 29 au soir à Villeurbanne. La Nuit Européenne des Chercheurs est un rendez-vous à ne pas manquer qui, d'années en années, prend de plus en plus de sens au regard des évolutions, des liens et du rôle des citoyens sur les territoires. Combien de connaissances acquises et de découvertes validées, de technologies évidentes pour nous aujourd'hui ont commencé par une idée incongrue ou semblant irréalisable. Combien ont échoué ou réussi à faire changer le monde pour le bien , pour le progrès de tous ? C'est une interrogation qui reste partagée mais qui ne doit pas nous interdire de penser fortement l'avenir et ses futurs « impossibles ».

   A Lyon, Brume et ses équipes sera présente à la Cafétéria du rez-de-chaussée du RIZE pour s'entretenir avec les chercheurs et le public et « chercher », elle aussi à mieux connaître cet environnement qui est aussi le nôtre. Un événement ouvert à tous et partenaire de Brume, Radio-campus Lyon.

 

Le RIZE, 23 rue Valentin Haüi /VILLEURBANNE

De 18h à minuit

GRATUIT

Buvette et Restauration sur Place

Accessible à partir de 7 ans

 

www.universite-lyon.fr/NDC2017

Haut de page


le Festival Lumière peu à peu...

Michael Mann à Lyon !

Haut de page


La Surprise de la Rentrée ?

 

IMPITOYABLE
Les 25 ans du chef-d'oeuvre de Clint Eastwood

 

Impitoyable Affiche

Séances de rentrée présentées par Thierry Frémaux à L'Institut Lumière
 

Rendez-vous dès 19h15 pour partager un verre de l'amitié avec l'équipe de l'Institut Lumière.
 


Encore quelques projections !!
Samedi 9/09 à 20h45, Dimanche 10/09 à 18h15

 

En 1992, sortait sur les écrans Impitoyable, superbe western de vengeance et de rédemption, réalisé par celui qui trente ans auparavant contribua à renouveler le genre devant l’objectif de Sergio Leone dans la Trilogie du dollar. Impitoyable le consacre définitivement comme l’un des plus grands cinéastes hollywoodiens. À l’occasion de son 25e anniversaire, Warner a remasterisé le film, et le ressort dans une très belle version restaurée en 4K, présentée en exclusivité à l’Institut Lumière.

Et si c'etait lui qui créait encore la surprise de cette rentrée cinématographique à Lyon . Brume lui dédie sa première info de la rentrée en espérant invoquer les bons esprits pour que l'admiration que suscite le réalisateur dans notre rédaction nous amène une suite inespérée...

Synopsis

Wyoming, 1880. Retiré dans sa ferme depuis onze ans, le redoutable tueur William Munny n’est plus qu’un veuf désabusé confronté aux difficultés de l’élevage des porcs. Il tente de nourrir ses enfants en ayant promis à leur mère disparue de renoncer à toute violence. Arrive alors un jeune tueur qui lui propose de partager un contrat : des prostitués offrent 10 000 dollars à celui qui abattra l’homme qui a défiguré l’une d’elle…

(Unforgiven, USA, 1992, 2h10, coul, avec Clint Eastwood, Gene Hackman, Morgan Freeman, Richard Harris)

 

Dans la presse

« Impitoyable est sans doute le plus beau film de son auteur, et constitue la preuve irréfutable de l'importance d'Eastwood dans le cinéma américain d'aujourd'hui. » Les Cahiers du Cinéma

« Impitoyable est un film d'une noirceur fascinante qui fera sans doute office de "somme" (…) comme s'il n'y avait jamais eu de film de ce genre avant lui. » Libération

« Clint Eastwood (…) parvient, haut la main, à remettre en selle le western moribond. » Télérama

 

 

Remerciements à Warner Bros. warner-bros-logo

 

 

 

Haut de page


La rentrée de Brume

La rentrée des programmes de

se fera la semaine du 02 octobre.

 

Retrouvez le rendez-vous traditionnel de la Campus Line, l'info locale, nationale et européenne étudiante et universitaire : tous les jours, du lundi au vendredi, de10h à 13h. (News et pauses musicales 100% )Brume

 

Toute la journée la playlist novatrice et et les Gold Brumiens pour les amoureux de la programmation musicale de Brume !!

 

Confluence, entre actu, chroniques, annonces, musique « IN NOV brume » et présentation direct, émissions spéciales, les rendez-vous attendues et inattendues sont sur Confluence

 

Le soir, les équipes des émissions de soirée reprennent les commandes.

Attention, Le 29 septembre, en avant-première, « La Fabrique de la Nuit » au service des lyonnais va vous conduire pour la 3ieme saison, sur les ondes de Brume, à travers Lyon, et dans le monde de l'actualité et de la culture sous le regard de chroniqueurs imparables et sous la houlette d'Alexandre KazaKevic.

 

(Rendez-vous, tous les vendredis à 20h en en rediffusion , en podcast)

 

 

pOP UniTed, la surprise pop indie du lundi à suivre pour découvrir et redécouvrir les standards connues ou oubliés de la pop, le lundi

 

Laissez-vous mener par Emily Kane, le mardi à 21h. But Who are you ? Chut ! Reprise en octobre avant de nouveaux épisodes encore plus surprenants.

 

LE CINEMA

 

Radio Days par Hakim Fdaouch, Supergrave et toute l'équipe de Rafael Lorenzo passent au crible l'histoire, l'actualité, les critiques et les festivals de cinéma.

Avec un grand « C » ou un petit « c », le CINEMA sur Brume nous éclaire, chaque année, des visions multiples et riches des animateurs et journalistes de la rédaction qu'ils projêtent à travers les ondes du 90.7 et de www.radiobrume.fr ainsi qu'en rediffusion et en podcast.

 

 

Les émissions venues d'ailleurs reprenent sur l'antenne au gré des envies et des reportages proposées.

 

Chaque année, Brume suit la Nuit des Chercheurs et sera présente encore , cette fois-ci, pour transmettre la curiosité aux étudiants et au public des nouvelles technologies que la recherche permet désormais.

Haut de page


Brume vous souhaite de bonnes Fêtes

BONNES FÊTES A TOUS LES AUDITEURS DE VOTRE RADIO.

 

Haut de page


Science Pour Tous en direct sur Brume

La ville et le vivant

Quelle place pour les espèces sauvages en ville ?
Si une ville vit et se développe comme un système vivant, quelle est notre place dans cet écosystème ?
Les citoyens peuvent-ils s’approprier la science pour inventer leurs propres solutions ?

Venez en discuter !

Avec :

Bernard Kaufmann, chercheur à l’Université Claude Bernard Lyon 1 et membre du Conseil scientifique des Conservatoires d’espaces naturels Rhône-Alpes. Il étudie la biodiversité en ville et a une tendresse particulière pour les fourmis.

Henry Dicks, chercheur en philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Il nous invite à regarder la ville comme une forêt : un éco-système complet et complexe.

La Paillasse-Saône : un eco-hacklab, un endroit où on vient bidouiller la science et la technique pour trouver des solutions nouvelles. Ils nous en présenteront quelques-unes, mais surtout nous raconteront comment les citoyens peuvent s’approprier la science dans leur vie quotidienne.

Vous pourrez également admirer l’exposition Yersin ainsi que l’exposition These’s art !

Sciences pour Tous, l’émission qui vous fait vivre les sciences avec ceux qui la font, met les sciences et leurs cultures à la portée de toutes les oreilles ! Tous les mois sur Radio Brume 90.7, rencontrez les chercheurs de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et de toute la région Rhône-Alpes, des chroniqueurs et artistes invités.

Haut de page


E-Grand New Album on Microcultures.fr

 Comment parler d’E-Grand?

En y pensant bien et avec un peu d’imagination, on le verrait bien comme un croisement génétique entre Springsteen, Morrissey, Neil Young et même quleques cellules de Bowie et de Lennon.

Son nouvel album « Here They Come » passe par le crowdfunding pour se réaliser avec Microcultures.fr, un site de découverte d’artistes mais pas seulement...

(http://www.microcultures.fr/fr/project/view/nouvel-album-here-they-come)   pré commandez l’album en digital ou cd

 

             Ils ont déjà partagé quelques titres avec des microcultivateurs qui ont pris part à l’aventure en misant sur E-Grand, ce nouvel album « Here They Come » en donnant ce qu’il pouvait selon leur goût, leur possibilité. Ils ont été déjà très généreux. D’après Microcultures.fr, il reste encore une somme pour la réalisation d’un clip vidéo et on sait à quel point  l’image domine pour faire connaissance avec un groupe indépendant. L’affaire se présente bien grâce à la générosité du réseau du groupe mais aussi par son potentiel évident et à la qualité intrinsèque et la maitrise de l’album.  Il ne reste plus que 7 jours pour atteindre les 100% qui permettront de réaliser l’album, d’en faire la promotion et de tourner un clip vidéo ; l’image, essentielle à tout groupe en développement. Mais sous quel aspect se montrer ? Le bonhomme est plus complexe qu’il en a l’air. Pas évident  d’ailleurs d'en faire une biographie commune. E-Grand est une histoire qui s'accomplit comme un roman de la réalité du monde la musique indépendante d'aujourd’hui. Le Rock et La Pop deviennent un genre dont l'histoire a prouvé qu'ils s'inscrivent désormais après le jazz ou la musique classique populaire dans l'inconscient collectif de toutes les générations.  Son expérimentation  se conçoit comme la restauration d'un ornement massif qui a fait son temps mais qui ne demande qu’une délicate attention pour  retrouver son lustre et son éclat.

A propos d’E-Grand, voilà ce qu’on sait : «ni la faim, ni le labeur quotidien, ni l’oubli, encre moins l’écrasante réalité ou le cloisonnement imposé ne l’empêcherait de créer sinon, ce serait fait.  Tous ces peintres délaissés par leurs contemporains, ces poètes perdus à leurs délires paranoïaques, qu’en avons-nous fait ? Où sont-ils maintenant ? Certains ont dû continuer leur chemin dans l’obscurité, dans l’anonymat, d’autres ont connu la tragédie de l’excommunication. Parfois, plus cyniquement, ils ont servi à sortir de la vacuité esthétique du moment. Rien à l’horizon ? Piochant dans le passé.

Mais pourquoi toutes ces questions, finalement ? Avec Dynamo, avec E-grand, il n’a jamais eu ce sentiment. Aurait-il dû s’en soucier ? Pas le temps, pas l’envie. D’abord, il a composé,  donné et aujourd’hui encore  s’efforce de tirer le meilleur de son ventre à musique, le must de son expression mélodique. C’est ce qui le rapproche des autres, ce qui touche d’abord les proches et qui s’impose à lui  Il sait faire le ménage avant de proposer. En jouant et en écrivant, sa satisfaction reste entière

 Un amoureux isolé parfois ? Submergé par ces  phosphorescences  de guitares et de mélodies, la lumière émerge.  Provient-elle de cette ville au rayonnement si particulier qui l’a vu naitre? Lyon est si proche et si lointaine à la fois.  Quand ces passerelles qui vont  de l’obscurité à la lumière inspirent des notes étincelantes, il a peut-être en tête les frères au nom prédestiné qui illuminèrent les salles obscures du monde entier. Ses chemins imagés, l’enfant de l’ombre qu’il reste joyeusement, son frère et ses quelques complices, les empruntent à leur tour. On imagine des voix qui transportent, le temps de douces nuits d’évasions. On se réveille dans la  violence de la réalité, dans le souvenir douloureux qui s’efface au fil du temps.  Place à un l’oubli salvateur. On se libère d’une voix secrète bien gardée par sa conscience. On s’échappe alors de l’enfermement dans lequel on voudrait nous figer pour se libérer. Attention, l’espace est étroit et paraît même se raccourcir entre la vie et la mort. Alors, avec « Here They Come », il ne me reste plus qu’à essayer de  donner encore une fois réalité aux rêves infinis de chacun dont les siens n’en sont pas exclus. 

Voilà qui nous donne une idée du personnage

PRE COMMANDEZ L’ALBUM SUR

http://www.microcultures.fr/fr/project/view/nouvel-album-here-they-come

En attendant la suite, à suivre absolument

 Comment parler d’E-Grand? En y pensant bien et avec un peu d’imagination, on le verrait bien comme un croisement génétique entre Springsteen, Morrissey, Neil Young et même un peu de Bowie et de Lennon.

Son nouvel album « Here They Come » passe par le crowdfunding pour se réaliser avec Microcultures.fr, un site de découverte d’artistes mais pas seulement...

(http://www.microcultures.fr/fr/project/view/nouvel-album-here-they-come)   pré commandez l’album en digital ou cd !!

 

             Ils ont déjà partagé quelques titres avec des microcultivateurs qui ont pris part à l’aventure en misant sur E-Grand, ce nouvel album « Here They Come » en donnant ce qu’il pouvait selon leur goût, leur possibilité. Ils ont été déjà très généreux. D’après Microcultures.fr, il reste encore une somme pour la réalisation d’un clip vidéo et on sait à quel point  l’image domine pour faire connaissance avec un groupe indépendant. L’affaire se présente bien grâce à la générosité du réseau du groupe mais aussi par son potentiel évident et à la qualité intrinsèque et la maitrise de l’album.  Il ne reste plus que 7 jours pour atteindre les 100% qui permettront de réaliser l’album, d’en faire la promotion et de tourner un clip vidéo ; l’image, essentielle à tout groupe en développement. Mais sous quel aspect se montrer ? Le bonhomme est plus complexe qu’il en a l’air. Pas évident  d’ailleurs d'en faire une biographie commune. E-Grand est une histoire qui s'accomplit comme un roman de la réalité du monde la musique indépendante d'aujourd’hui. Le Rock et La Pop deviennent un genre dont l'histoire a prouvé qu'ils s'inscrivent désormais après le jazz ou la musique classique populaire dans l'inconscient collectif de toutes les générations.  Son expérimentation  se conçoit comme la restauration d'un ornement massif qui a fait son temps mais qui ne demande qu’une délicate attention pour  retrouver son lustre et son éclat.

A propos d’E-Grand, voilà ce qu’on sait : «ni la faim, ni le labeur quotidien, ni l’oubli, encre moins l’écrasante réalité ou le cloisonnement imposé ne l’empêcherait de créer sinon, ce serait fait.  Tous ces peintres délaissés par leurs contemporains, ces poètes perdus à leurs délires paranoïaques, qu’en avons-nous fait ? Où sont-ils maintenant ? Certains ont dû continuer leur chemin dans l’obscurité, dans l’anonymat, d’autres ont connu la tragédie de l’excommunication. Parfois, plus cyniquement, ils ont servi à sortir de la vacuité esthétique du moment. Rien à l’horizon ? Piochant dans le passé.

Mais pourquoi toutes ces questions, finalement ? Avec Dynamo, avec E-grand, il n’a jamais eu ce sentiment. Aurait-il dû s’en soucier ? Pas le temps, pas l’envie. D’abord, il a composé,  donné et aujourd’hui encore  s’efforce de tirer le meilleur de son ventre à musique, le must de son expression mélodique. C’est ce qui le rapproche des autres, ce qui touche d’abord les proches et qui s’impose à lui  Il sait faire le ménage avant de proposer. En jouant et en écrivant, sa satisfaction reste entière

 Un amoureux isolé parfois ? Submergé par ces  phosphorescences  de guitares et de mélodies, la lumière émerge.  Provient-elle de cette ville au rayonnement si particulier qui l’a vu naitre? Lyon est si proche et si lointaine à la fois.  Quand ces passerelles qui vont  de l’obscurité à la lumière inspirent des notes étincelantes, il a peut-être en tête les frères au nom prédestiné qui illuminèrent les salles obscures du monde entier. Ses chemins imagés, l’enfant de l’ombre qu’il reste joyeusement, son frère et ses quelques complices, les empruntent à leur tour. On imagine des voix qui transportent, le temps de douces nuits d’évasions. On se réveille dans la  violence de la réalité, dans le souvenir douloureux qui s’efface au fil du temps.  Place à un l’oubli salvateur. On se libère d’une voix secrète bien gardée par sa conscience. On s’échappe alors de l’enfermement dans lequel on voudrait nous figer pour se libérer. Attention, l’espace est étroit et paraît même se raccourcir entre la vie et la mort. Alors, avec « Here They Come », il ne me reste plus qu’à essayer de  donner encore une fois réalité aux rêves infinis de chacun dont les siens n’en sont pas exclus. 

Voilà qui nous donne une idée du personnage

PRE COMMANDEZ L’ALBUM SUR

http://www.microcultures.fr/fr/project/view/nouvel-album-here-they-come

En attendant la suite, à suivre absolument

 

Haut de page


La Fête de la Science 2016

    La Fête de la Science célèbre ses 25 ans…

du 08 au 16 octobre 2016 dans le rhône et partout en France

 

La 25e édition de la Fête de la Science démarre ce weekend : laboratoires, entreprises, associations, musées, établissements scolaires... se mobilisent et proposent des ateliers, expositions, spectacles, conférences, visites, etc. 

En avant-première, ce vendredi, le Train Saveurs et santé en gare de Lyon Perrache et la soirée à l’Observatoire de Lyon …

( Ouvert à tous – Gratuit – Pour tous les âges, à partir de 6 ans )

Dates : du 8 au 16 octobre 2016

Lieux :  le magazine scientiique de l'association de L'Université de Lyon 1n métropole lyonnaise et dans le Rhône

Les programmes contenant de multiples activités et expériences accessibles au public sont dans le guide. Différents lieux seront investis

Brume sera présente par le biais de "Science Pour Tous", le magazine scientifique de la radio proposé par l'association de l'Université de Lyon 1

Le lancement officiel de la manifestation se déroulera lundi 10 octobre à 18h30 au Showroom du Smart Electric Lyon – Lyon 6e

(sur inscription – contact : patricia.lamy@universite-lyon.fr )

Haut de page


Dinosaur Jr Survivor

         C’est un dinosaur de l’alternative rock US depuis le milieu des années 80 qui refait surface  à Lyon, 1 jour après la prestation tant attendue de Radiohad qui ouvrira Les Nuits e Fourvière. Jay Mascis, leader du groupe Dinosaur Jr est un grand aux cheveux long, un pionnier de cette histoire qui va de la noisy rock au le folk nord-américain. La première mouture avec Loo Barlow cessera quand celui-ci  prendra son indépendance pour faire son propre chemin qu’on lui connait. Remplacé par Mike Johnson qui ne manquera pas lui aussi de se lancer dans une aventure solo aussi réussie que celle de son prédécesseur, la formation autour de Jay Mascis a montré  sa qualité et son inventivité dans le song writing de tous ses membres.   Les guitares de Jay Mascis et son flow particulier font de lui un symbole de l’esprit noise américain aux solos interminables  surgissant à tout moment au détour d’un morceau mélancolique ou ravageur. Son look grunge qui ne le quittera jamais. Ce n’est cela qui qui vraiment de lui pas fait de lui un artiste roots et authentique.  Toujours obsédé par  ses explorations sonores  guitaristiques, accroché à sa vision du rock, il est emblématique du courant de folk distordue auquel il est fidèle et n’aime pas se sentir sempiternellement ramener  à des influences de Neil Young.

        A son apogée, dans les années 90,  4 albums marquent la période la plus remarquée et la plus populaire  du groupe Dinosaur Jr: « Green Mind » en 1991 est  l’entrée en matière dans une nouvelle dimension,  le fabuleux et immortel « Where You Been » en 1993 qui reste pour beaucoup de fans l’album incontestable, « Without a Sound » en 1994 et « Hand It Over » en 1997 qui termine une séquence de la carrière du trio du Massachussetts.

S’en suivront des albums solos des uns et des autres, des tournées ou des concerts sporadiques outre-Atlantique. Cette fois-ci, vous avez l’occasion de confirmer votre goût pour ses ballades assez inqualifiables et aventureuse, notamment sur scène ou Jay et ses comparses d’aujourd’hui, retrouvés, se livrent directement, avec l’énergie qui est la leur, leur touche immédiatement reconnaissable.

 

En concert au Transbordeur Lyon-Villeurbanne, le 02 juin à 20h

Des places à gagner en écrivant à brume@alyon.org (Attention, seulement plus que quelques places)

Haut de page


And the winner is: The Social Network

 
Bertrand : 0
François : 0
Hakim : 0
Jérémy : 0

The Social Network

de David Fincher
avec Jesse Eisenberg, Justin Timberlake, Andrew Garfield
(Etats-Unis, 2010, 121m)
 
   

       And the winner is David Fincher for The Social Network! (Nuée d'applaudissements et autres cris hystériques en tout genre). C'est en substance ce que vous entendrez lors de la prochaine nuit des oscars dans une poignée de semaines. 2010 s'achève et l'heure du bilan a sonné. Que retenir de cette année cinématographique? D'abord, et c'est une chose terriblement agréable et excitante, un nombre intéressant de premiers long-métrages enragés et intenses, annonçant des metteurs en scène à suivre (Chris Morris, Dominic Murphy ou encore le sympathique duo Hélène Cattet et Bruno Forzani). Ensuite, d'illustres anciens  montrent bien que le talent ne se perd pas avec l'âge ( Martin Scorcese, Woody Allen, Roman Polanski, Takeshi Kitano. Mais surtout, 2010 est l'année de la confirmation, si besoin est, pour des cinéastes au talent aujourd'hui impossible à remettre en cause. Citons, entre autres: Christopher Nolan, Wes Anderson, François Ozon et surtout, David Fincher. Si 2008 et 2009 ont été marquées par d'âpres et rugueux débats dans nos locaux en guise de voeux de bonne année, 2010 a répandu une étrange atmosphère de détente, d'évidence, pour de pas dire une atmosphère de paix et damour en poussant le bouchon un peu loin. Et cela a été rendu possible par un film, The Social Network.
 Cinéaste apparu dans les années 1990, d'abord responsable des effets spéciaux dans l'écurie Lucas, David Fincher a imposé dès ses premiers films, un univers punk et violent aux individus schizophréniques et inadaptés à une société de consommation destructrice. Mais, là où l'homme surprend, c'est dans sa capacité à faire évoluer son oeuvre mais vers une forme de cinéma plus posé, plus nuancé aussi et qui plus est, nettement plus complexe. Avec The Social Network, Fincher poursuit le travail entamé par Zodiac quelques années plus tôt. Le récit gagne en linéarité et la mise en scène se met au service de ce nouveau matériau, délaissant au passage certains gimmicks visuels sans pour autant perdre en efficacité. Secondé par l'excellent Aron Sorkin au scénario, Fincher dévoile les coulisses et surtout les hommes à la base de la révolution numérique qu'est Facebook. A travers ces hommes, est décrit le paradoxe Facebook, prenant vie avec le personnage de Marc Zuckerberg : un homme dont l'ascension fulgurante et sans retour vers les sommets mène à une inévitable solitude, un Citizen Kane de l'ère contemporaine. Adolescent attardé, plus sauvage qu'introverti, Zuckerberg est un homme nouveau, millionnaire du monde numérique, qui progressivement se désincarne pour ne vivre qu'à travers son avatar. A ce titre, la fin du métrage, écho de l'introduction, résonne comme un sommet de pathétisme et de résignation.
 David Fincher signe donc avec The Social Network un film puissant et subtil sur l'avènement du premier millionnaire numérique, sorte de Charles Foster Kane du XXIème siècle. Après avoir fait l'unanimité au sein de la rédaction de Brume, il est, je pense, inutile de préciser qu'il est notre grand favori pour les Oscars 2010. Et souvenez-vous, l'année passée, nous avions déjà mis une pièce sur Démineurs.
 

  Jérémy Moriau

Haut de page

Tournée

 
Bertrand : 0
François : 0
Hakim : 0
Jérémy : 0

Tournée

de Mathieu Amalric
avec Mathieu Amalric Mimi Le Meaux Dirty Martini Roky Roulette
(Fr, 2010, 111m)
 
   

Ancien producteur de télévision à succès, Joaquim Zand revient en France après un long exil aux Etats-Unis. Acompagné d'une troupe de femmes officiant sous le nom de "New Burlesque", il propose aux différentes salles provinciales des spectacles de cabaret divers et variés allant du striptease à la chanson. Leurs dernières étapes devaient être Paris mais les anciennes relations de Joaquim lui mettent des bâtons dans les roues. Film extrèmement encré dans le présent, Amalric nous fait vivre le quotidien de cette troupe d'excentriques américaines à travers la France. Souvent le passé et le futur des personnages sont incertains, il capte ces moments de manière intime, tout en gardant une part de mystère sur les antécédents des personnages. Le film se présente plus comme le journal intime de ces êtres, que celui de la tournée, ainsi les nombreuses scènes de spectacle ne sont jamais filmées du point de vue du spectateur, mais des coulisses. Véritable film de personnages, Tournée nous offre une pléiade de personnages pittoresques, à commencer par Joaquim, brillamment interprété par Amalric lui-même, producteur anachronique, bourré de tocs, et veillant sur ses protégées comme le père qu'il ne sera jamais pour ses deux fils restés en France. Ses filles sont toutes aussi brillantes, si ce n'est plus, tellement elles débordent de vitalité, d'humour et de fragilité. Chacune de ces femmes, pourtant interprétée par une actrice non-professionelle, respire l'authenticité. Amalric ne tombe pas dans le piège de présenter ce groupe comme tel, mais plus comme différentes personnes partageant une tournée dans la complicité et la bonne humeur. Bien que débordant d'humour, le film prend une tournure dramatique quand les personnages finalement seuls parmi les autres se heurtent, notamment le personnage de Joaquim et de Mimi le Meaux. Un film ingénieux, alternant légèreté et gravité, offrant une bouffée d'air frais au cinéma français.

  Bertrand Mougnaud

Haut de page