Radio Elvis

 

 

 

Découvrez comment Radio Elvis fête à leur façon le printemps !

SOLARIUM de Radio Elvis.

Ci dessous, le texte d'un morceau, Solarium , extrait du dernier album de Radio Elvis en concert le 27 mars à Lyon.  A suivre sur Brume

 

 

Solarium / Premiers jours de printemps / Alignons les déserts  / Faisons le point sur nos

Révélations

Déjà les choses t’échappent / Tant le départ est proche / Autour de toi s’écroule / Ce que tu croyais là

 

Solarium / Immobile en surface / Voyage au bout d’un monde / Le moindre bruit s’efface / Tant l’étendue est vaste / 

Et n’être plus qu’une ombre / La menace d’un vestige / Autour de toi s’écroule / Ce que tu croyais là

 

Solarium / Et là tu sens c’est la / Chaleur qui te prend  / Et là tu sens c’est la / Hauteur qui te prend

C’est l’heure où l’on se presse /Pour rassembler nos fièvres / Les porter à nos lèvres / En un geste premier

 

Le son et la lumière / S’imposent à ton éveil / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

Est-ce le vide qui s’avance / Ou l’instant qui nous guide / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

 

Ces rives ont trop longtemps / Été soumises à nos absences

Ces rives ont trop longtemps / Été soumises à nos absences

Ces rives ont trop longtemps / Été soumises à nos absences

 

Solarium / C’est l’heure où l’on se presse

Pour rassembler nos fièvres / Les porter à nos lèvres

En un souffle premier / Fondus à la lumière

En ordre après la fuite / Ces rives ont révélé le sens

Qui se cachait là

 

Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe /Là, quelque chose existe

Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

 

Solariu

SOLARIUM

 

 

Solarium / Premiers jours de printemps / Alignons les déserts  / Faisons le point sur nos

Révélations

Déjà les choses t’échappent / Tant le départ est proche / Autour de toi s’écroule / Ce que tu croyais là

 

Solarium / Immobile en surface / Voyage au bout d’un monde / Le moindre bruit s’efface / Tant l’étendue est vaste / 

Et n’être plus qu’une ombre / La menace d’un vestige / Autour de toi s’écroule / Ce que tu croyais là

 

Solarium / Et là tu sens c’est la / Chaleur qui te prend  / Et là tu sens c’est la / Hauteur qui te prend

C’est l’heure où l’on se presse /Pour rassembler nos fièvres / Les porter à nos lèvres / En un geste premier

 

Le son et la lumière / S’imposent à ton éveil / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

Est-ce le vide qui s’avance / Ou l’instant qui nous guide / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

 

Ces rives ont trop longtemps / Été soumises à nos absences

Ces rives ont trop longtemps / Été soumises à nos absences

Ces rives ont trop longtemps / Été soumises à nos absences

 

Solarium / C’est l’heure où l’on se presse

Pour rassembler nos fièvres / Les porter à nos lèvres

En un souffle premier / Fondus à la lumière

En ordre après la fuite / Ces rives ont révélé le sens

Qui se cachait là

 

Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe /Là, quelque chose existe

Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

 

Solarium / Premiers jours de printemps / Alignons les déserts / Faisons le point sur n

SOLARIUM

 

 

Solarium / Premiers jours de printemps / Alignons les déserts  / Faisons le point sur nos

Révélations

Déjà les choses t’échappent / Tant le départ est proche / Autour de toi s’écroule / Ce que tu croyais là

 

Solarium / Immobile en surface / Voyage au bout d’un monde / Le moindre bruit s’efface / Tant l’étendue est vaste / 

Et n’être plus qu’une ombre / La menace d’un vestige / Autour de toi s’écroule / Ce que tu croyais là

 

Solarium / Et là tu sens c’est la / Chaleur qui te prend  / Et là tu sens c’est la / Hauteur qui te prend

C’est l’heure où l’on se presse /Pour rassembler nos fièvres / Les porter à nos lèvres / En un geste premier

 

Le son et la lumière / S’imposent à ton éveil / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

Est-ce le vide qui s’avance / Ou l’instant qui nous guide / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

 

Ces rives ont trop longtemps / Été soumises à nos absences

Ces rives ont trop longtemps / Été soumises à nos absences

Ces rives ont trop longtemps / Été soumises à nos absences

 

Solarium / C’est l’heure où l’on se presse

Pour rassembler nos fièvres / Les porter à nos lèvres

En un souffle premier / Fondus à la lumière

En ordre après la fuite / Ces rives ont révélé le sens

Qui se cachait là

 

Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe /Là, quelque chose existe

Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe / Là, quelque chose existe

 

Solarium / Premiers jours de printemps / Alignons les déserts / Faisons le point sur nos

Révélations

 nos

Révélations

 / Premiers jours de printemps / Alignons les déserts / Faisons le point sur nos

Révélations

 

Article suivant Article précédent
partagez sur facebook Share on Google+ postez sur Twitter